GO

OPIE
BPn°30
78041 GUYANCOURT cedex


: 01 30 44 13 43
: 01 30 43 64 59
: opie@insectes.org


Nous visiter :
ATTENTION, L'EXPOSITION EST FERMÉE

OPIE
La Maison des Insectes
Chemin rural n°7
Domaine de la Minière
78280 GUYANCOURT

Accueil > Questions/Réponses
Une question sur les insectes ?
La foire aux questions de l'OPIE
[ zoom ]

Cette FAQ rassemble les réponses à plusieurs centaines de questions sur les insectes (et, ponctuellement, d'autres invertébrés) qui ont été posées à l'OPIE par ses adhérents et les internautes sur la première version de notre site web. Remise à jour, elle vous permet à nouveau de nombreuses lectures et découvertes instructives ! Elle continuera d'être alimentée à partir d'un stock de questions/réponses accumulées au cours de ces dernières années. Alors si vous ne trouvez pas tout de suite, patientez et feuilletez nos pages : votre réponse s'y trouve peut-être déjà !

Retour en haut de page
Qui sont les aoûtats et comment s'en débarrasser...

...sans pesticides dangereux ?

Faisons le point.

Les aoûtats ne sont pas des insectes mais des arachnides (8 pattes) du groupe des acariens. Leur nom scientifique est Trombicula autumnalis et leur nom commun vient de ce qu’ils sont  particulièrement présents au mois d’août.

L’adulte est inoffensif, ce sont les larves qui viennent sur nous, uniquement...

Les adultes mesurent 2 mm et sont blanc jaunâtre. Au printemps, les femelles pondent quelque 400 œufs dans le sol. Au bout d’un mois d’incubation, les jeunes larves sortent à la recherche d’un hôte, parfois humain. Elles piquent les vertébrés pour se nourrir de la lymphe et des tissus qui se trouvent sous leur (notre) peau. A cet effet, les larves utilisent une sorte de trompe pour injecter de la salive qui destinée à dissoudre les tissus qui seront ensuite aspirés. C’est cette salive qui provoque les démangeaisons. À ce stade, les aoûtats sont rouges et sont aussi appelés « rougets ». Les larves se nourrissent ainsi durant 2 à 3 jours. Leurs hôtes principaux sont les lapins, les hérissons, les taupes, les rongeurs, oiseaux, etc.

Repues, les larves se laissent tomber au sol et s’enfouissent dans la terre où elles se transformeront en pré-nymphe (immobile), en nymphe (mobile) puis en adulte. Nymphes et adultes sont aveugles. Ce sont des prédateurs d’œufs d’insectes et de divers invertébrés. Les adultes hivernent.
Les gazons ombragés et humides, près de l’eau, sont les endroits les plus infestés par les aoûtats, en particulier de juillet à septembre.

Les morsures des larves peuvent entraîner les symptômes suivants :
- envenimations locales ou générales (petite papule boursouflée, rougeâtre de 2 à 3 mm de diamètre, entourée d’une auréole plus claire de 1 mm) au bout de quelques heures ;
- démangeaisons très vives au bout de 20 à 30 heures, lorsque les larves se décrochent, et qui peuvent persister pendant 7 jours.

Protection contre les piqûres


Porter des vêtements imperméables, bien fermés, particulièrement au niveau des jambes afin de réduire l’accès à la peau. N’oubliez pas la couverture pour le pique-nique dominical…
Utiliser des produits répulsifs et/ou curatifs :
- le souffre en poudre, mélangé à part égale avec du talc et répandu sur les vêtements et sous-vêtements, assure une très bonne protection ;
- divers produits vendus en pharmacie pour guérir les piqûres d’aoûtats ont également une efficacité préventive.

Apaiser les démangeaisons

Outre les produits précités, les lotions alcoolisées (alcool camphré) ou acidulées ainsi que les solutions à base d’huiles végétales ou minérales ont une action apaisante. Attention : elles provoquent parfois des rougeurs chez certaines personnes.

Dès l’apparition des premiers symptômes, il est conseillé de prendre un bain bien chaud en se savonnant au savon de Marseille (peu irritant). Après ce bain, qui a pour but de détruire les aoûtats, appliquer un des produits apaisants au niveau des zones irritées. Il est généralement nécessaire de renouveler ces applications plusieurs fois par jour et pendant plusieurs jours. En effet, même après la mort des aoûtats, les démangeaisons persistent et ne diminuent que progressivement.

Lutte chimique sur les gazons

Pendant les périodes et dans les endroits à risques, des pulvérisations avec des produits acaricides peuvent être appliquées, en prenant les précautions suivantes :
- ne traiter que les portions de pelouse situées dans les zones ombragées et humides et ne pas s’allonger sur les parties traitées pendant les 10 jours qui suivent le traitement ;
- ne traiter que par temps non pluvieux, après avoir tondu très ras les parties de pelouse infestées ;
- commencer le traitement dès les premiers symptômes ou un peu avant si les dates d’apparitions sont connues ;
- n’utiliser que des acaricides ayant une faible toxicité, une faible rémanence et qui respectent, autant que possible, les autres animaux.


Quoi qu’il en soit, garder à l’esprit que tout traitement chimique est en général est préjudiciable aux autres petites bêtes et, surtout, à d’autres acariens qui sont des prédateurs efficaces dans les jardins. Le mieux est de laisser plus de place aux prédateurs naturels (insectes, acariens, etc.) en laissant un peu vivre le jardin pour qu’ils y trouvent des abris (tas de bois morts, herbes folles, friches, nichoirs à insectes, etc.). Ils permettront aussi d’accueillir d’autres hôtes vertébrés pour les aoûtats.

NB : certaines données sont extraites de http://www.jardin.ch/Dossiers/aoutats.html

 

[Réponse mise à jour le 5 septembre 2008]

Retour en haut de page
AOÛTATS (ARACHNIDE - ACARIEN)

Qui sont les aoûtats et comment s'en débarrasser sans pesticides dangereux ?

Retour en haut de page
Index
AAbeille domestique (ou abeille sociale) Abeilles en général Abeilles solitaires Acariens (arachnides) Ailes Antennes Aoûtats (arachnide - acarien) Arabis Araignées (arachnides)
BBêtes d'orages Bio-indicateurs Blattes (ou cafards) Bourdons
CCapricornes Carabes Cetoine Chants d'insectes Charançons Chenilles Cigales Classification Coccinelles Coléoptères Colibri Collections d'insectes Collemboles Communication Courtilière (ou taupe-grillon) Cousins Crachat de coucou Criquets Cuisines
DDéserts Développements Doryphores Dytique
EElevages d'insectes Elevages d'insectes (chauffage) Escargots & limaces (mollusques)
FFourmis Frelons
GGaz ! Gendarme, soldat, cherche-midi, ... Généralités Géraniums Gerris ou "araignée d'eau" Grillons Guadeloupe Guêpes
HHanneton Hibernation
IImportations Insectes aquatiques Insectes du bois Insectes en général Insectes sociaux Invasions
JJardins
LLait Libellules Lucanes (ou cerf-volant) Lucioles Lumières Lutte biologique
MMaladies Manger des insectes Mantes (religieuses) Matériel Memoire Metiers sur les insectes Migrations Mille-pattes Mites Mouches & moucherons Moustiques
NNichoirs à insectes Nouvelle catégorie
PPapillons Perce-oreilles Phasmes Piqûres & morsures Piscines Poissons d'argent Police Pollutions Poux Processionnaires Protection des insectes Pucerons Puces Punaises
RRecords Reproduction Respiration Rôles des insectes
SSauterelles Scarabées Sens Sol
TTaons Ténébrions ou vers de farine Termites Textiles Thuyas Tiques (arachnides - acariens)
VVers de terre Vers luisants
Retour en haut de page
25/06/2014
Une nouvelle clé d'identification pour le Spipoll
25/06/2014
Congrès européen d’Odonatologie (ECOO 2014), du 7 au 10 juillet 2014.
25/06/2014
L'Opie à France Miniature
26/05/2014
Je crois que j'ai vu une... Rosalie des Alpes !