GO


OPIE
BP 30
78041 GUYANCOURT cedex

Facebook

Twitter
 

: 01 30 44 13 43
: 01 30 43 64 59
: opie@insectes.org

 


Venir nous voir...

 

Accueil > Questions/Réponses
Une question sur les insectes ?
La foire aux questions de l'OPIE
[ zoom ]

Cette FAQ rassemble les réponses à plusieurs centaines de questions sur les insectes (et, ponctuellement, d'autres invertébrés) qui ont été posées à l'OPIE par ses adhérents et les internautes sur la première version de notre site web. Remise à jour, elle vous permet à nouveau de nombreuses lectures et découvertes instructives ! Elle continuera d'être alimentée à partir d'un stock de questions/réponses accumulées au cours de ces dernières années. Alors si vous ne trouvez pas tout de suite, patientez et feuilletez nos pages : votre réponse s'y trouve peut-être déjà !

Retour en haut de page
Comment se débarrasser pour de bon des blattes et...

...comment vivent-elles ?

En France, seules 4 espèces peuvent vivre dans nos maisons. Si elles y cherchent refuge, c’est parce qu’elles sont originaires de pays chauds et qu’elles ne peuvent survivre à l’extérieur en hiver. Il existe aussi une quinzaine d’espèce dans la nature (ce qui est très peu car il y a plus de 4 000 espèces dans le monde) qui, elles, survivent en hiver.

Voici nos 4 espèces domiciliaires :

- La Blatte américaine (Periplaneta americana) est la plus grande (2,5 à 3,2 cm). Elle vit dans les endroits très chauds et humides (serres, égouts...). Mais elle meurt dès qu’il fait trop frais et ses populations sont limitées à ces endroits. Malgré son nom, elle est originaire d’Afrique et c’est cette grosse blatte que l’on rencontre partout dans le monde lorsqu’on voyage et que l’on va dans des hôtels ou des restaurants pas très chers...

- La Blatte orientale (Blatta orientalis) mesure de 2 à 2,8 cm. Elle est assez sombre et seuls les mâles ont des ailes. Elle est moins fréquente que la Blatte germanique mais se retrouve dans les mêmes lieux.

- La Blatte des meubles (Supella longipalpa) mesure de 1 à 1,4 cm. Elle est arrivée en Europe il y a seulement 20 ou 30 ans. Elle peut vivre dans les endroits chauds et secs comme dans les appareils produisant de la chaleur (radio, télé, ...). Elle est plus rare.

- La Blatte germanique (Blattella germanica) est la plus commune dans nos habitations. Comme les 3 espèces précédentes, elle suit l’homme dans ses déplacements, transportée dans les marchandises, les cageots, les bagages, etc. Elle est plutôt petite (1,1 à 1,4 cm), beige et les adultes ont des ailes qui ne leur servent qu’à planer lorsqu’ils sautent d’une certaine hauteur. Comme toutes les blattes, la femelle place ses œufs – de 30 à 40 – dans une espèce de capsule, l’oothèque. Une dizaine de jours après l’accouplement, cette oothèque se forme petit à petit à l’arrière du corps de la femelle en 24 heures environ. Chaque femelle en fabriquera successivement quatre. Chaque oothèque reste «  accrochée » à la femelle pendant plus de 20 jours. Il est donc possible d’apercevoir des femelles avec cette espèce de capsule dépassant à l’arrière de leur corps. Ensuite, l’oothèque est déposée dans un coin et les jeunes en sortent à la recherche de nourriture, restant parfois quelque temps près de leur mère et se protégeant sous ses ailes.

Les jeunes mettent environ 6 mois pour devenir adultes. Ces insectes sont surtout actifs la nuit et sont grégaires, c’est-à-dire qu’ils restent groupés, notamment sous l’influence d’une odeur attirante (phéromone d’agrégation) sécrétée par une glande située dans leur tube digestif.

Toutes ces indications de durée variant en fonction de la température et de l’humidité, la vie de la Blatte germanique dure de 120 jours à 250 jours.

La Blatte germanique recherche les lieux chauds et humides et une nourriture variée car elle est omnivore (les moindres débris alimentaires sont mangés). Ces facteurs (températures, humidité et nourriture) sont donc ceux qu’il faut maîtriser afin de ne pas avoir de blattes chez soi car le traitement avec des insecticides (qui peuvent être nocifs pour nous) n’éliminent pas la cause de l’infestation.

PRÉVENTION

La première chose est donc de maîtriser toutes les conditions favorables à leur installation. Concentrez vos efforts de lutte là où les blattes pullulent. Elles aiment s’infiltrer dans les petites fissures aux parois desquelles elles se frottent le dos et l’abdomen.

- Ne laissez jamais des aliments ou de l’eau à découvert et nettoyez immédiatement les substances renversées. Ne laissez pas non plus les aliments et l’eau destinés aux animaux de compagnie traîner toute la journée et toute la nuit. Pendant le jour, placez le bol des animaux dans un plat rempli d’eau savonneuse, car le savon a des propriétés insecticides.

- Conservez les aliments dans des boîtes hermétiquement fermées (ni papier ni carton qu’elles peuvent grignoter).

- Nettoyez régulièrement le tour et le dessous des appareils électroménagers, ainsi que les coins sombres et humides qui se trouvent à proximité d’une source d’aliments. Une simple couche de graisse accumulée derrière la cuisinière peut assurer la survie et la reproduction de plusieurs blattes adultes. Videz le réservoir de vidange sous le réfrigérateur, source d’eau pour les blattes.

- Nettoyez bien la cuisine tous les jours.

- Placez les ordures dans des sacs de plastique scellés et éliminez-les tous les jours.

- Ne laissez pas de vaisselle sale, en particulier la nuit, ou immergez-la dans une forte solution de détergent et d’eau en attendant de la laver.

- Passez régulièrement l’aspirateur pour éliminer les particules d’aliments et les œufs.

- Enveloppez ou isolez les conduites qui produisent de la condensation ; réparez les robinets et la tuyauterie qui fuient. Ventilez la salle de bain et déshumidifiez les endroits humides. Le contrôle de l’humidité et l’amélioration de l’éclairage et de la ventilation dans les endroits critiques favoriseront l’élimination des blattes.

LUTTE « BIOLOGIQUE »

Voici quelques méthodes efficaces et « biologiques », c’est-à-dire sans produits chimiques nocifs pour nous (bombe aérosol,...).

Pièges.
Vous pouvez utiliser les pièges collants du commerce pour surveiller et localiser les populations de blattes. Ensuite, utilisez le plus de pièges possible pour un maximum de réussite. Prenez des boîtes de conserve et badigeonnez l’intérieur avec de la vaseline (ou de l’huile de sardines !) pour empêcher les blattes de s’en échapper, et placez des aliments au fond (pain humide et bière ou huile de sardines et banane). Tuez les blattes capturées en les noyant dans de l’eau savonneuse, ou fermez le piège et placez-le au congélateur pendant au moins 24 heures (certaines blattes ne meurent qu’au bout d’une semaine, même au congélateur !).

Aspirateur. Si vous capturez les blattes au moyen d’un aspirateur, quelques-uns des insectes seront asphyxiés dans le sac. Toutefois, pour vous assurer que toutes les blattes mourront placez-le dans un sac de plastique ou un contenant scellé et mettez-le à la poubelle rapidement.

Scellage des abris et des points d’entrée. Bloquez, scellez ou calfeutrez les fissures autour des fondations, ainsi que les points d’accès aux trous dans les murs. Ceci est important pour limiter l’infestation, la circulation des insectes et la réinfestation.
Cherchez les points d’accès à sceller autour des plinthes, des bouches d’aération, des éviers, du bain et d’autres endroits par où passent la tuyauterie et les fils électriques.
Posez des bandes d’étanchéité autour des portes et des fenêtres, en particulier dans les immeubles où les blattes migrent facilement d’un appartement à l’autre. Assurez-vous de calfeutrer le bord avec de la moustiquaire pour former une barrière bien étanche.
Toutes ces précautions sont particulièrement valables si vous habitez un immeuble non traité collectivement car si les blattes de vos voisins ne sont pas détruites, elles pourront toujours revenir chez vous. Mais si ce n’est pas accueillant pour elles (sec et sans nourriture...), elles ne resteront pas.

Nettoyage à la vapeur et congélation. Si vous soupçonnez la présence de blattes dans les meubles, les jouets ou autres objets, faites nettoyer ceux-ci à la vapeur en vous assurant toutefois que l’humidité et la chaleur n’endommageront rien d’autre. Vous pouvez aussi placer les objets infestés à - 8 °C pendant au moins 24 heures.

LUTTE CHIMIQUE

Nous ne listeront pas ici les insecticides vendus dans le commerce car il est préférable de ne les employer que si la lutte « biologique » a échoué. Il existe cependant un traitement inoffensif pour nous : la terres à diatomées, appelée aussi dioxyde de silicium. C’est une fine poudre composée de micro-organismes marins. Quand les insectes passent aux endroits traités avec la poudre, la couche cireuse externe qui les protège se fissure, entraînant ainsi la déshydratation et leur mort. Environ une semaine après le traitement, les insectes déshydratés se mettent à chercher désespérément de l’eau. Ne soyez donc pas étonné de les voir en plus grand nombre. En général les blattes meurent dans les deux semaines qui suivent l’application du traitement. La terre à diatomées n’est toxique ni pour les humains, ni pour les animaux de compagnie et demeure active aussi longtemps qu’elle reste sèche.

Enfin, si rien ne fonctionne, mais ce sera vraiment de votre faute. Il vous restera la solution faire appel à des professionnels de la lutte contre les blattes...

NB : Certaines informations sont extraites des consignes de l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) du Canada dont les documents sont didactiques et complets (http://www.hc-sc.gc.ca/francais/index.html)

A lire : Lutter contre les insectes des villes, Insectes n°122, 2001(3)

[Réponse mise à jour le 23 octobre 2008]

Retour en haut de page
BLATTES (ou cafards)

Les blattes peuvent-elles se servir de leurs ailes pour voler ?
Est-ce que les cafards vivent en nid ou colonie ?
Comment se débarrasser pour de bon des blattes et comment vivent-elles ?
À quoi servent les blattes dans notre environnement ?
Qu'est-ce qu'une coquerelle siffleuse ?
Les Blattes sont-elles mauvaises pour la santé ?

Retour en haut de page
Index
AAbeille domestique (ou abeille sociale) Abeilles en général Abeilles solitaires Acariens (arachnides) Ailes Antennes Aoûtats (arachnide - acarien) Arabis Araignées (arachnides)
BBêtes d'orages Bio-indicateurs Blattes (ou cafards) Bourdons
CCapricornes Carabes Cetoine Chants d'insectes Charançons Chenilles Cigales Classification Coccinelles Coléoptères Colibri Collections d'insectes Collemboles Communication Courtilière (ou taupe-grillon) Cousins Crachat de coucou Criquets Cuisines
DDéserts Développements Doryphores Dytique
EElevages d'insectes Elevages d'insectes (chauffage) Escargots & limaces (mollusques)
FFourmis Frelons
GGaz ! Gendarme, soldat, cherche-midi, ... Généralités Géraniums Gerris ou "araignée d'eau" Grillons Guadeloupe Guêpes
HHanneton Hibernation
IImportations Insectes aquatiques Insectes du bois Insectes en général Insectes sociaux Invasions
JJardins
LLait Libellules Lucanes (ou cerf-volant) Lucioles Lumières Lutte biologique
MMaladies Manger des insectes Mantes (religieuses) Matériel Memoire Metiers sur les insectes Migrations Mille-pattes Mites Mouches & moucherons Moustiques
NNichoirs à insectes Nouvelle catégorie
PPapillons Perce-oreilles Phasmes Piqûres & morsures Piscines Poissons d'argent Police Pollutions Poux Processionnaires Protection des insectes Pucerons Puces Punaises
RRecords Reproduction Respiration Rôles des insectes
SSauterelles Scarabées Sens Sol
TTaons Ténébrions ou vers de farine Termites Textiles Thuyas Tiques (arachnides - acariens)
VVers de terre Vers luisants
Retour en haut de page
04/12/2014
L'offre de formation 2015 de l'Opie est sortie
17/11/2014
OpieTiVi : 3MINchrono #1 : Les papillons ?
24/10/2014
Un nouvel outil d'identification pour le Spipoll
02/09/2014
Réunion pédagogique Opie - enseignants - 24/09/14