GO


OPIE
BP 30
78041 GUYANCOURT cedex

Facebook

Twitter
 

: 01 30 44 13 43
: 01 30 43 64 59
: opie@insectes.org

 


Venir nous voir...

 

Accueil > Questions/Réponses
Une question sur les insectes ?
La foire aux questions de l'OPIE
[ zoom ]

Cette FAQ rassemble les réponses à plusieurs centaines de questions sur les insectes (et, ponctuellement, d'autres invertébrés) qui ont été posées à l'OPIE par ses adhérents et les internautes sur la première version de notre site web. Remise à jour, elle vous permet à nouveau de nombreuses lectures et découvertes instructives ! Elle continuera d'être alimentée à partir d'un stock de questions/réponses accumulées au cours de ces dernières années. Alors si vous ne trouvez pas tout de suite, patientez et feuilletez nos pages : votre réponse s'y trouve peut-être déjà !

Retour en haut de page
Comment vivent les taons et comment lutter contre...

...eux ?

Comme les mouches, les taons appartiennent à l’ordre des Diptères (insectes n’ayant que 2 ailes) et à la famille des Tabanidés. Les femelles pondent (parfois plusieurs centaines d’oeufs) sur les végétaux, au sol et en particulier dans la vase ou directement dans l’eau pour les espèces que l’on rencontre fréquemment. En fonction des espèces, les larves sont donc terrestres, mais souvent semi-aquatiques ou aquatiques. Elles sont généralement carnivores et s’attaquent aux autres insectes aquatiques, aux vers de vases, aux mollusques ou aux crustacés. D’autres sont plutôt détritiphages (mangeuses de détritus) et consomment des débris organiques.
Les femelles de taons doivent sucer du sang afin d’avoir l’énergie nécessaire au développement de leurs oeufs. Elles recherchent des vertébrés comme les chevaux, les bovins et, parfois, l’homme. Elles complètent souvent leur repas en butinant ou en buvant. Les mâles butinent également, mais ne piquent pas. En France, seules quelques espèces sur une centaines présentes sont susceptibles de piquer l'Homme. C’est le cas notamment du Taon des pluies (Haematopota pluvialis), du Taon des boeufs (Tabanus bovinus) ou du Taon des sudètes (Tabanus sudeticus).
Comme chez les moustiques, les femelles évitent de se poser sur un vêtement clair afin de ne pas se faire repérer et lorsqu’elle sont chassées d’un revers de main, elles ne s’envolent que pour se reposer à quelques centimètres. 
Comment lutter ? Difficile, car les larves sont nombreuses et généralement aquatiques. Si leurs lieux de vie (mares, étangs, etc.) ne sont pas pollués, il y aura des prédateurs efficaces pour limiter leur population (insectes prédateurs, batraciens, oiseaux, etc.). Ensuite, il serait intéressant qu’elles trouvent suffisamment de vertébrés à piquer avant nous : si notre environnement était plus riche en faune, les taons seraient moins obligés de venir sur nous. Ces remarques concernent également les moustiques...

D’autre part, il est possible de limiter les piqûres en portant des vêtements clairs (verts, jaunes de préférence) et d’éviter les couleurs sombres (bleu, noir, rouge en particulier). Nos mouvements sont également repérés, mais il est difficile de lutter à moins de rester immobile ! Mais là encore cela ne suffirait pas car notre chaleur corporelle et le gaz carbonique que notre peau rejette sont également attirants pour les taons. Pour cela, un produit répulsif acheté en pharmacie est toujours utile.

Enfin, il faut une température extérieure ainsi qu’une humidité de l’air élevées pour que les taons volent. L’humidité est particulièrement importante pour le Taon des pluies par exemple. Ces insectes sont donc plutôt estivaux et commencent à voler vers la fin mai jusqu’en août-septembre suivant les espèces.

A lire :
Les mouches du cheval par Alain Fraval, Insectes n°146, 2007(3)
Parlez-vous entomo ? Taon par Alain Fraval, Insectes n°133, 2004(2)

[Réponse mise à jour le 12 mars 2009]

Retour en haut de page
TAONS

Comment vivent les taons et comment lutter contre eux ?

Retour en haut de page
Index
AAbeille domestique (ou abeille sociale) Abeilles en général Abeilles solitaires Acariens (arachnides) Ailes Antennes Aoûtats (arachnide - acarien) Arabis Araignées (arachnides)
BBêtes d'orages Bio-indicateurs Blattes (ou cafards) Bourdons
CCapricornes Carabes Cetoine Chants d'insectes Charançons Chenilles Cigales Classification Coccinelles Coléoptères Colibri Collections d'insectes Collemboles Communication Courtilière (ou taupe-grillon) Cousins Crachat de coucou Criquets Cuisines
DDéserts Développements Doryphores Dytique
EElevages d'insectes Elevages d'insectes (chauffage) Escargots & limaces (mollusques)
FFourmis Frelons
GGaz ! Gendarme, soldat, cherche-midi, ... Généralités Géraniums Gerris ou "araignée d'eau" Grillons Guadeloupe Guêpes
HHanneton Hibernation
IImportations Insectes aquatiques Insectes du bois Insectes en général Insectes sociaux Invasions
JJardins
LLait Libellules Lucanes (ou cerf-volant) Lucioles Lumières Lutte biologique
MMaladies Manger des insectes Mantes (religieuses) Matériel Memoire Metiers sur les insectes Migrations Mille-pattes Mites Mouches & moucherons Moustiques
NNichoirs à insectes Nouvelle catégorie
PPapillons Perce-oreilles Phasmes Piqûres & morsures Piscines Poissons d'argent Police Pollutions Poux Processionnaires Protection des insectes Pucerons Puces Punaises
RRecords Reproduction Respiration Rôles des insectes
SSauterelles Scarabées Sens Sol
TTaons Ténébrions ou vers de farine Termites Textiles Thuyas Tiques (arachnides - acariens)
VVers de terre Vers luisants
Retour en haut de page
01/10/2014
Des insectes à l'école !
02/09/2014
Réunion pédagogique Opie - enseignants - 24/09/14
26/03/2014
Plaquette PNA Maculinea
30/01/2014
Formations sur les insectes | catalogue 2014