Les mouches, les moustiques...

Publié le : 03/05/2018 10:00:06
Catégories : Insectes

Article provenant du site du Spipoll.

Un insecte avec deux ailes : pas de doutes (ou presque) c’est un diptère !

Les moustiques, ça pique, ça nous empêche de dormir. Les mouches, c’est sale, ça fait caca partout, c’est moche et ça fait du bruit… Bref autant dire que ces insectes n’ont pas bonne presse. Pourtant beaucoup d’espèces préfèrent déguster du nectar ou du pollen plutôt que vous sucer le sang !

Diptère, ça s'écrit avec deux ailes

Les mouches représentent, avec les moustiques et d’autres bestioles, un immense ordre d’insectes comprenant pas loin de 100 000 espèces connues : les Diptères. On les nomme ainsi à cause de leurs ailes car contrairement aux autres insectes, ils n’en possèdent que deux (di = deux, -ptère = aile) ! La seconde paire d’ailes a presque disparu, au profit de deux petits bâtonnets appelés balanciers. Ces organes sont de véritables stabilisateurs faisant des mouches des as du vol stationnaire. Ces petites bêtes se distinguent également par leurs « yeux » souvent énormes. Comme chez tous les insectes, ils se composent d’une multitude d’yeux minuscules (les ommatidies) souvent appelés « facettes ». Certaines espèces ont des yeux qui couvrent presque toute la tête, et peuvent donc voir simultanément devant, derrière, sur les côtés et même derrière elles !

On n'attrape pas les mouches avec du vinaigre

Les Diptères sont munis d’une bouche permettant la consommation de substances liquides. Ceux qui se nourrissent de sang, comme les moustiques, possèdent une bouche en forme de trompe (ou de seringue hypodermique) qui permet de piquer leurs proies. D’autres se nourrissent directement de liquides variés comme le lait ou le nectar ou d’éléments solides qu’elles dissolvent à l’aide de sucs gastriques présents dans leur salive avant de les aspirer. Leur bouche est alors plus courte et fonctionne un peu comme une éponge, c’est le cas des Mouches domestiques.

Mais les Diptères ne rechignent pas à se nourrir d’autres substances pleines d’énergie comme le nectar. Il n’est pas rare de voir des mouches « à viande » ou des Mouches domestiques butiner des fleurs dont le nectar et le pollen sont facilement accessibles.

Et il est surprenant de constater que c’est parmi les mouches prédatrices que l’on rencontre les espèces les mieux équipées pour récolter le nectar des fleurs les plus profondes ! C’est le cas par exemple des Empididés, dont la bouche robuste et allongée est utilisée pour aspirer le contenu d’autres petites mouches, mais que l’on trouve souvent à siroter le nectar de fleurs comme les Géraniums sauvages. A tel point que cette famille occupe une place toute particulière dans la pollinisation en altitude !

Des mouches qui ressemblent à des guêpes

Chez nos amies les mouches, il existe deux familles originales : celle des syrphes et celle des bombyles. Les syrphes sont facilement reconnaissables en vol car ils font très souvent du surplace. Beaucoup d’espèces vêtues de noir et de jaune ressemblent à de petites guêpes, et sont toutes floricoles. Chaque espèce possède une trompe adaptée à son régime alimentaire : nectar, pollen ou les deux. Les bombyles, eux, représentent l’ultime spécialisation des Diptères à la pollinisation.

Ces petites peluches volantes (que l’on peut confondre avec des bourdons) ont une longue trompe particulièrement adaptée à la recherche de nectar dans de longues fleurs tubulaires. À la manière d’un colibri (ou plus proche de nous, d’un Moro-sphinx), certains butinent en volant sur place. Vous pourrez les voir en action sur des fleurs de primevères ou de Lierre terrestre par exemple.

Au final, un très grand nombre d’espèces de Diptères visite les fleurs. Des espèces de taille réduite peuvent participer à la pollinisation de petites fleurs auxquelles d’autres insectes ne peuvent accéder. On ne s’en doute pas mais ils représentent un tiers des pollinisateurs !

Partager ce contenu

Agrément national environnement
Agrément éducation nationale
Association reconnue d''intérêt général