Les enquêtes d'insectes reprennent : devenez observ'acteurs !

Publié le : 06/07/2021 09:18:33
Catégories : Actualités , Insectes

Enquête d'insectes Opie

Les Enquêtes d'insectes

Les enquêtes participatives de l’Opie continuent ! 

Grande nouveauté cette année, vos observations peuvent à présent être envoyées via l’application INPN Espèces. Il s’agit de l’application de l’Inventaire National du Patrimoine Naturel, plateforme de référence permettant la découverte de la faune et de la flore. Si vous ne pouvez pas télécharger l’application ou que ne parvenez pas à déposer vos observations, vous pouvez toujours vous rendre sur le site enquetes.insectes.org de l’Opie. Pourquoi participer ? 

Depuis 2010, l’Opie est impliqué dans des programmes de science participative ouverts à tous. Chacun peut apprendre à observer et identifier des espèces, tout en contribuant à des projets scientifiques de grande envergure. 

Les informations transmises sont très précieuses pour les scientifiques qui manquent de moyens pour récolter autant de données. Cela permet notamment de mieux connaître les insectes concernésleur répartition et létat de conservation de leurs populations. 

Comment ça fonctionne ?

  • Prenez une ou plusieurs photos de l’espèce identifiée. La photo doit être nette et l’insecte bien visible ; 

  • indiquez le lieu d’observation. Vous pouvez vous géolocaliser pour plus de facilité, ou entrer manuellement le nom de la commune ; 

  • précisez le groupe et la taxonomie de l’espèce. En cas de doute : l’application propose une liste illustrée d’espèces pour vous permettre de les comparer. 

Après l’envoi de vos observations, vous serez tenus informés du traitement de vos données. Selon la qualité des photos et des éléments envoyés, vous pouvez gagner des points et gravir des échelons. Vous pouvez ensuite retrouver vos observations validées sur la plateforme Détermin’Obs et découvrir l’ensemble des observations partagées sur l’application INPN Espèces. 

À la découverte du Lucane cerf-volant 

Le Lucane cerf-volant est vraiment un gros insecte ! Il est aussi assez grand puisqu’il mesure 20 à 50mm pour les femelles et 35 à 85 mm pour les mâles (sans les mandibules !)Pour cette raison, il est facilement repérable et bien connu du grand public et facilement observable 

Depuis 2011, l’Opie mène l’enquête sur ce spectaculaire hôte des bois, avec votre aide 

On sait maintenant grâce à vous qu’il est présent presque partout en France métropolitaine, mais nous souhaitons continuer de suivre l’espècepour tenter de mieux comprendre sa répartition et l’évolution de ses populations Aujourd’hui, cet insecte fait l'objet d'un suivi au niveau européen. Dans les pays d’Europe du Nord, ses populations sont en régression. 

Où le rencontrer ? 

Malgré sa grande taille, le Lucane cerf-volant est souvent discret. Les larves se développent la plupart du temps dans du bois mort enterré et les adultes ont une activité crépusculaire et nocturne. Avec un peu de chance, vous serez impressionnés par son vol lourd et bruyant en position quasi verticale. Avec les belles soirées d’été, les rencontres entre l’homme et le Lucane cerf-volant ne sont pas rares. Y compris aux abords des grandes villes ! 

Avez-vous vu la Rosalie des Alpes ?

La Rosalie des Alpes est peut-être l'un des plus beaux insectes de France ! Elle est particulièrement reconnaissable grâce à son aspect bleu velouté mais elle est bien discrète, malgré sa grande taille (2 à 4 cm sans les antennes) Sa répartition en France est encore peu connue des entomologistes qui aimeraient savoir plus précisément où on la rencontre aujourd'hui. Nous avons besoin d’informations supplémentaires pour déterminer ses lieux d’habitation avec précision. Actuellement, cet insecte fait l'objet d'un suivi au niveau européen : dans les pays d’Europe du Nord, ses populations sont en régression. Qu’en est-il en France ? 

Où la rencontrer ? 

Elle n’est pas toujours facile à repérer. Comme son nom l’indique, c’est d’abord un insecte des montagnes : elle est assez fréquente dans les hêtraies d’altitude de tous les massifs montagneux. Elle a colonisé les plaines, surtout les bocages, le long de la vallée de la Loire jusqu’à l'océan. Elle paraît cependant plus rare en plaine qu’en montagne... Les adultes, actifs le jour, sortent en été, entre juin et août suivant les années. La période est brève et c’est le seul moment où vous pourrez observer ce longicorne !  

Partager ce contenu

Agrément national environnement
Agrément éducation nationale
Association reconnue d''intérêt général