Frelons asiatique #2

Publié le : 31/03/2021 17:33:34
Catégories : Insectes

Se protéger des Frelons asiatiques

Se protéger du Frelon asiatique

Le Frelon à pattes jaunes : une espèce au comportement opportuniste

Dans une publication de 2020, Claire Villemant (spécialiste des guêpes sociales et administratrice de l’Opie) et ses collègues ont pu étudier le régime alimentaire du Frelon à pattes jaunes.

« On a capturé des frelons devant leur nid, et on a obligé les ouvrières à relâcher la boulette qu’elles apportaient pour nourrir leurs larves. […] les espèces dominantes [sont] d’une part l’abeille domestique (environ 38%), et d’autre part des mouches (30%) ainsi que des guêpes sociales (20%). Et pour le reste, il y a une très grande diversité d’insectes. »

Le Frelon à pattes jaunes est donc une espèce opportuniste : lorsqu’il y a une source de nourriture abondante, il l’exploite ! Ainsi, les regroupements d’insectes (ruches d’abeilles domestiques, mouches sur une crotte, nids de guêpes…) sont une manne pour lui.

Et donc, selon Claire Villemant, comme le suggèrent les conclusions de la publication, « […] globalement, [en dehors de l’abeille domestique]leur impact sur les abeilles sauvages et les autres insectes apparaît limité. »

L’espèce, si elle pose de graves problèmes pour l’apiculture, ne semble donc pas un véritable danger pour la biodiversité. Et pour les humains, qu’en est-il ?

 

Une espèce pas plus « agressive » que les autres guêpes

Comme pour la plupart des Hyménoptères sociaux, l’espèce est en réalité « défensive » ! C’est-à-dire que si vous approchez trop de leur nid, de nombreuses ouvrières vont vous considérer comme un danger potentiel pour la colonie et la défendre.

« La distance de sécurité c’est 5 mètres […]. Sachant que si on est allergique, une piqure de guêpe, d’abeille ou de frelon peut provoquer la mort si on ne fait pas immédiatement un traitement. Alors que, si on n’est pas allergique, il faut plusieurs centaines de piqures pour qu’il y ait des risques létaux. Donc voilà, ça peut être très dangereux mais que dans certaines circonstances. »

Au-delà de 5 mètres du nid, les individus que vous croisez n’ont généralement plus d’agressivité, ils ne sont tout simplement plus en mode « défensif » ! La plupart des nids étant implantés haut dans les arbres, ils ne représentent que peu de danger. Et souvent, on ne les découvre qu’au moment de la chute des feuilles à l’automne, alors qu’ils ont été actifs pendant tout l’été, non loin de nous.

Malgré tout, certains nids peuvent poser des problèmes de sécurité (situés dans un abri de jardin, une haie…), et dans ce cas, il ne faut pas hésiter à le faire enlever, dans tous les cas, n’intervenez pas vous-même (c’est valable pour tous les Hyménoptères, guêpes communes etc.), faites appel à un professionnel.

Partager ce contenu

Agrément national environnement
Agrément éducation nationale
Association reconnue d''intérêt général