Le programme pollinisateurs sauvages
Résultat d’une co-évolution parfois poussée à l’extrême, la reproduction entomophile des plantes à fleur est aujourd’hui menacée par la raréfaction des insectes pollinisateurs. L’OPIE s’engage…

Chez la plupart des plantes supérieures, la reproduction sexuée nécessite le transport de grains de pollen vers le pistil d’individus différents. Parmi les animaux susceptibles d’assurer cette pollinisation, les insectes sont de loin en première ligne.

Pour la seule Europe occidentale, des milliers d’espèces de Lépidoptères ou d’Hyménoptères sont impliquées dans la pollinisation. Pour les plantes cultivées, l’importance économique des insectes pollinisateurs est donc immense, mais elle est inestimable en ce qui concerne les milliers d’espèces végétales non cultivées qui dépendent exclusivement de la pollinisation entomophile.

Quoi qu’il en soit, dans tous les pays développés, ces insectes pollinisateurs sont en forte régression, notamment en milieu rural. Cette régression menace la pérennité d’une cohabitation entre insectes et plantes qui s’est établie au long de millions d’années. Quelles qu’en soient les causes, son impact sur tous les écosystèmes et, bien entendu sur l’économie agricole, pourrait être considérable.

Depuis plusieurs années, la régression des populations d’Abeilles domestiques a été fortement médiatisée et la recherche s’est penchée sur le sort de ces insectes qui sont devenus un emblème de la lutte pour le maintien de la biodiversité. Ces attentions, par ailleurs justifiées, ne doivent pas faire oublier le péril immense qui pèse sur l’ensemble des insectes pollinisateurs sauvages*.

Acteur incontournable de la culture entomologique en France, l’OPIE est depuis longtemps en première ligne pour les actions de conservation consacrées aux insectes. C’est donc en toute logique qu’un projet « OPIE pollinisateurs sauvages » a été lancé et sera un de nos axes prioritaires pour les années à venir.

Ce projet comportera un volet scientifique, avec des inventaires et des programmes d’études, et un volet sensibilisation en direction du grand public. L’action « Des abeilles sauvages dans la ville » (voir ci-après) est la première étape scientifique de ce projet.

À lire : "Jachères apicoles et jachères fleuries : la biodiversité au menu de quelles abeilles ?" in : Courrier de l’environnement de l’INRA n° 54, septembre 2007

Retour en haut de page
Enquête Anthidies

Le but de cette enquête est de compléter les cartes de répartition des Anthidies de France, abeilles facilement repérables dans la nature grâce à leur coloration jaune et noire. Nous espérons que cela permettra aussi d’affiner notre connaissance du statut patrimonial de certaines espèces.

Lire la suite

Retour en haut de page
Des abeilles sauvages dans la ville

Les abeilles sauvages constituent de bons indicateurs de la qualité des milieux ouverts secs, des zones d’habitat humain (jardins, parcs et espaces verts) et des friches urbaines et péri-urbaines. L'objectif de cette étude est de mettre en évidence les différences de diversité en espèces d’abeilles en fonction du caractère plus ou moins artificiel et isolé de ces différents types de lieux.
Pour réaliser des inventaires sur site, l’OPIE s’appuiera sur des bénévoles motivés qui assureront le suivi de trois sites, du printemps à la fin de l’automne 2008, en y réalisant des prélèvements.

Appel à participation

Retour en haut de page
L'Abeille du lierre

Une abeille sauvage spécialisée sur le Lierre Colletes hederae, l'Abeille du Lierre, utilise essentiellement le pollen et le nectar provenant de cette plante pour approvisionner sa descendance.

Appel à participation

Retour en haut de page
Formation entomologique "pollinisateurs" en Brenne

Au cœur de la Brenne, trois jours de formation pour une découverte en profondeur des problématiques liées à la pollinisation entomophile.

Pour en savoir plus

Retour en haut de page