GO

 
Opie - BP 30
78041 GUYANCOURT cedex

Facebook

Twitter

: 01 30 44 13 43
: 01 30 43 64 59
: opie@insectes.org

 


Venir nous voir...
Contacts
Informations légales
Recevoir nos informations

Accueil > 
Des abeilles sauvages dans la ville
[ zoom ]

Les Hyménoptères Apoïdes comptent près de 900 espèces d’abeilles sauvages en France continentale et Corse. En raison de leur spécificité alimentaire, de leur exigence en matière d’habitat ou encore, pour certaines espèces, de leurs besoins en matériaux spécifiques pour la construction du nid, les abeilles sauvages constituent de bons indicateurs de qualité des milieux et leur présence ou leur absence peut nous renseigner sur l’intégralité de la structure de la végétation, l’aspect des fleurs, des surfaces sans végétation et le degré de connexion dans l’espace et dans le temps des sites qui sont favorables aux Apoïdes. De plus, des espèces inféodées aux milieux sans végétation ou à végétation très éparse peuvent caractériser ces habitats.

Retour en haut de page
Que faut-il faire ?

Les participants suivront 3 sites, de préférence peu éloignés les uns des autres :

  • un petit espace vert isolé (entouré d’immeubles) en milieu urbain type square ou parc ;
  • un jardin péri-urbain (en zone pavillonnaire) très entretenu,  « à la française » (pelouses rases et haies taillées) ;
  • un jardin « naturel » péri-urbain (en zone pavillonnaire), « à l’anglaise » (essences locales et non horticoles dans la haie) marqué par l’absence de contraintes fortes, surtout chimiques.

Chaque site d’étude devra faire au moins 400 m carrés (soit 20x20m) et un hectare au maximum (soit 100x100m), l’idéal se situant autour de 2500m carrés (50x50m).

L’étude commence dès que possible pour chaque participant en 2008 et prendra fin avec l’activité des abeilles au cours de l’automne. On parcourra le site d’étude, toutes les 3 à 4 semaines, pendant une demi-heure (une heure au maximum pour un site d’un hectare et très diversifié). Les abeilles seront capturées au filet ou à l’aspirateur à bouche.

Retour en haut de page
Vos engagements
Les participants s’engagent à transmettre à l’Opie tous les spécimens prélevés dans le cadre de cette étude, pour détermination/validation par les spécialistes. En contrepartie, l’Opie remboursera (selon les modalités définies dans le protocole) le coût financier d’un(e) carton/boîte à insectes nécessaire à la conservation des récoltes, d’éther acétique et des épingles entomologiques.
Les spécimens (dans leurs cartons) seront ensuite retournés aux collecteurs : cependant, comme il est d’usage, les spécialistes pourront conserver ceux qui leurs sont utiles.
L’étude publiée par l’Opie listera tous les participants.
Les participants qui le souhaitent pourront être orientés vers la bibliographie indispensable pour la détermination des genres d’Apoïdes.

Retour en haut de page

Pour obtenir le protocole, la fiche d'inscription ou pour toute question :

Serge Gadoum
Chargé de projet « pollinisateurs sauvages »
serge.gadoum@insectes.org
Tél. : 01 30 44 51 27

Retour en haut de page
05/06/2018
WANTED : Lucane Cerf-volant et Rosalie des Alpes
23/05/2018
C'est la Fête de la nature !
12/04/2018
Ouverture vacances scolaires
06/04/2018
L'Opie recrute